AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monique
Admin
avatar

Messages : 1179
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 65
Localisation : Hautes-Alpes

MessageSujet: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Ven 20 Aoû - 12:59

Médaille trouvée dans le 05.

Revenir en haut Aller en bas
http://objetsreligieux.forumsactifs.com
cathy(06napo)
Admin
avatar

Messages : 2716
Date d'inscription : 01/03/2010
Localisation : Alpes Maritimes

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Sam 21 Aoû - 10:39

:bonjour2: Monique

Sympa !!!

Cathy
Revenir en haut Aller en bas
http://boutonancien.forumactif.com/forum.htm
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 10:27

Chère Monique, j'ai trouvé une médaille ressemblante, mais moins usée sur http://collectie.museumrotterdam.nl/objecten/53067 .

Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 10:28

Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 10:36

Avers.

Un portrait de profil gauche.
Texte: "L . Pasteur / 1822 . 1895'.

Revers.
Une torche enflammée entre une branche de laurier et une branche de chêne.
Inscription: 'Souvenir . du . centenaire / 1822 . 1922'.
Initiales: 'G . P'.

Il s'agit donc en effet d'une médaille en bronze (2,7 cm de diamètre), produite en 1922 pour fêter le centenaire de la naissance de Louis Pasteur.
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 11:19

J'ai l'habitude de ne pas me borner à la simple détermination.
Je tiens toujours à fournir des explications.

Je suis comme Geantvert qui, lors de sa présentation, stipulait: "Pasionné d'histoire et tout ce qui s'y rapporte,j'aime connaitre l'histoire des objets d'autrefois que je trouve ."
Ma source: http://objetsreligieux.forumsactifs.com/t860-nouveau-venue-geantvert .

Je ne fais pas de prospection.
Je trouve donc mes 'objets d'autrefois' sur des forums pour détectoristes.
J'y essaie de partager mes connaissances dans l'espoir d'y apprendre de nouvelles choses.
Et j'essaie de trouver un bon point de départ pour une étude plus approfondie au cas où ma ou ta curiosité est éveillée.

J'ignore toutefois si un tel apport est apprécié ici.
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 11:35

"Louis Pasteur, né à Dole (Jura) le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette (à cette époque en Seine-et-Oise) le 28 septembre 1895, est un scientifique français, chimiste et physicien de formation, pionnier de la microbiologie.

Jeunesse

Louis Pasteur est né en 1822 dans la maison familiale de Dole, troisième enfant de Jean-Joseph Pasteur et de Jeanne-Étienne Roqui. Il est baptisé dans la Collégiale Notre-Dame de Dole le 15 janvier 1823. Son père, après avoir été sergent dans l’armée napoléonienne, reprit la profession familiale de tanneur. En 1827 la famille quitte Dole pour Marnoz lieu de la maison familiale des Roqui, pour finalement s'installer en 1830 à Arbois, localité plus propice à l'activité de tannage. Le jeune Pasteur suit à Arbois les cours d'enseignement mutuel puis entre au collège de la ville. C'est à cette époque qu'il se fait connaître pour ses talents de peintre ; il a d'ailleurs fait de nombreux portraits de membres de sa famille et des habitants de la petite ville.

Formation

Il part au Lycée royal de Besançon. Puis, en octobre 1838, il y quitte pour l'Institution Barbet à Paris afin de se préparer au baccalauréat puis aux concours. Cependant, déprimé par cette nouvelle vie, il abandonne cette idée, quitte Paris et termine son année scolaire 1838-1839 au Collège d'Arbois. À la rentrée 1839, il poursuit ses études au collège royal de Franche-Comté, à Besançon. En 1840, il obtient le baccalauréat en lettres puis, en 1842, après un échec, le baccalauréat en sciences mathématiques. Pasteur retourne de nouveau à Paris en novembre. Logé à la pension Barbet où il fait aussi office de répétiteur, il suit les cours du Lycée St Louis et assiste avec enthousiasme à ceux donnés à la Sorbonne par Jean-Baptiste Dumas ; il a pu également prendre quelques leçons avec Claude Pouillet. En 1843 il est finalement admis - quatrième - à l'École normale. Plus tard il sera élève de Jean-Baptiste Boussingault au Conservatoire national des arts et métiers.

Mariage et descendance

Il se marie le 29 mai 1849 avec Marie Laurent, la fille du recteur de la faculté de Strasbourg. Ensemble ils ont cinq enfants : Jeanne (1850-1859), Jean Baptiste (1851-1908) sans descendance, Cécile Marie Louise Marguerite -dite Cécile- (1853-1866), Marie-Louise (1858-1934) mariée en 1879 avec René Vallery-Radot, et Camille (1863-1865).
Marie Anne Laurent, dont Émile Roux dit qu'« elle a été le meilleur collaborateur de Louis Pasteur » écrit sous sa dictée, réalise ses revues de presse et veille à son image puis à sa mémoire jusqu'à son décès en 1910.

Carrière

À l'École normale, Pasteur étudie la chimie et la physique, ainsi que la cristallographie. Il devient agrégé-préparateur de chimie, dans le laboratoire d'Antoine-Jérôme Balard, et soutient en 1847 à la faculté des sciences de Paris ses thèses pour le doctorat ès sciences. Ses travaux sur la chiralité moléculaire lui vaudront la médaille Rumford en 1856.

Il est professeur à Dijon puis à Strasbourg de 1848 à 1853. Le 19 janvier 1849, il est nommé professeur suppléant à la faculté des sciences de Strasbourg ; il occupe également la suppléance de la chaire de chimie à l’école de pharmacie de cette même ville, du 4 juin 1849 au 17 janvier 18519. Marie Laurent, fille du recteur de l'université, épousée en 1849, sera pour le reste de sa vie une collaboratrice efficace et attentionnée, prenant des notes ou rédigeant des lettres sous sa dictée.

En 1853 il devient chevalier de la légion d'honneur.

En février 1854, pour avoir le temps de mener à bien des travaux qui puissent lui valoir le titre de correspondant de l'Institut, il se fait octroyer un congé rémunéré de trois mois à l'aide d'un certificat médical de complaisance. Il fait prolonger le congé jusqu'au 1er août, date du début des examens. « Je dis au Ministre que j'irai faire les examens, afin de ne pas augmenter les embarras du service. C'est aussi pour ne pas laisser à un autre une somme de 6 ou 700 francs. »

Il est ensuite en 1854 nommé professeur de chimie et doyen de la faculté des sciences de Lille nouvellement créée. C'est à cette occasion qu'il prononce la phrase souvent citée : « Dans les champs de l'observation, le hasard ne favorise que les esprits préparés ». Pasteur, qui s'intéressait à la fermentation depuis 1849, est stimulé dans ces travaux par les demandes des brasseurs lillois concernant la conservation de la bière. Après Frédéric Kuhlmann et Charles Delezenne, Pasteur est ainsi un des premiers en France à établir des relations fructueuses entre l'enseignement supérieur et l'industrie chimique. Les travaux qu'il réalise à Lille entre 1854 et 1857 conduisent à la présentation de son Mémoire sur la fermentation appelée lactique dans le cadre de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille le 8 août 1857.

En 1857, il est nommé administrateur chargé de la direction des études à l'École normale supérieure.

De 1861 à 1862, Pasteur publie ses travaux réfutant la théorie de la génération spontanée. L'Académie des sciences lui décerne le prix Jecker pour ses recherches sur les fermentations.

En 1862, il est élu à l'Académie des sciences,dans la section de minéralogie, en remplacement de Henri Hureau de Senarmont.

Il étudie sur les maladies du vin, à savoir la pasteurisation, en 1863, sur la fabrication du vinaigre.

En octobre 1865, le Baron Haussman, instituant une commission chargée d'étudier l'étiologie du choléra et les moyens d'y remédier, y nomme Pasteur, avec Dumas ( président), Claude Bernard (malade, il n'y prendra part que de loin), Sainte-Claire Deville et Pelouze. Les savants, qui cherchent le principe de la contagion dans l'air (alors que Snow, dans un travail publié en 1855, avait montré qu'il était dans l'eau), ne trouvent pas le microbe, que Pacini avait pourtant fait connaître en 1854.

À l'École normale supérieure, Pasteur est jugé autoritaire aussi bien par ses collègues que par les élèves et se heurte à de nombreuses contestations, ce qui le pousse à démissionner, en 1867, de ses fonctions d'administrateur. Il reçoit une chaire en Sorbonne et on crée, à l'École normale même, un laboratoire de chimie physiologique dont la direction lui est confiée.

Ses études sur les maladies des vers à soie, menées de 1865 à 1869 à la demande de Napoleon III, triomphent de la pébrine mais non de la flacherie et ne permettent pas vraiment d'endiguer le déclin de la sériciculture. Pendant ces études, il demeure à Pont-Gisquet près d'Alès. Durant cette période, une attaque cérébrale le rend hémiplégique. Il se remet, mais gardera toujours des séquelles : perte de l'usage de la main gauche et difficulté à se déplacer. En 1868 il devient commandeur de la légion d'honneur.

La défaite de 1870 et la chute de Napoléon III sont un coup terrible pour Pasteur, grand patriote et très attaché à la dynastie impériale. Par ailleurs, il est malade. L'Assemblée nationale lui vote une récompense pour le remercier de ses travaux dont les conséquences économiques sont considérables.

En 1873, il est élu membre de l'Académie de médecine.

En 1874, ses recherches sur la fermentation lui valent la médaille Copley, décernée par la Royal Society, de Londres.

En 1876, Pasteur se présente aux élections sénatoriales, mais c'est un échec. Ses amis croient qu'il va enfin s'arrêter et jouir de sa retraite, mais il reprend ses recherches. Il gagne Clermont-Ferrand où il étudie les maladies de la bière avec son ancien préparateur Émile Duclaux, et conclut ses études sur la fermentation par la publication d'un livre : Les Études sur la bière (1876).

En 1878 il devient grand-officier de la légion d'honneur.

En 1881, l'équipe de Pasteur met au point un vaccin contre le charbon des moutons, à la suite des études commencées en 18773.

En 1882, il est reçu à l'Académie française. Dans son discours de réception, il accepte pour la science expérimentale l'épithète « positiviste », en ce sens qu'elle a pour domaine les causes secondes et s'abstient donc de spéculer sur les causes premières et sur l'essence des choses, mais il reproche à Auguste Comte et à Littré d'avoir voulu imposer cette abstention à toute la pensée humaine. Il plaide pour le spiritualisme et célèbre « les deux saintetés de l'Homme-Dieu », qu'il voit réunies dans le couple que l'agnostique Littré formait avec sa femme chrétienne. C'est dans ce discours que Pasteur prononce la phrase souvent citée : « Les Grecs (...) nous ont légué un des plus beaux mots de notre langue, le mot enthousiasme (...) — un dieu intérieur. »

Il reçoit, le 29 décembre 1883, le mérite agricole pour ses travaux sur les vins et la fermentation. Il se rend régulièrement aux réunions du Cercle Saint-Simon.

En 1885, Pasteur refusa de poser sa candidature aux élections législatives, alors que les paysans de la Beauce, dont il avait sauvé les troupeaux grâce au vaccin contre le charbon, l'auraient sans doute porté à la Chambre des Députés.

La découverte du vaccin antirabique (1885) vaudra à Pasteur sa consécration dans le monde : il recevra de nombreuses distinctions. L'Académie des sciences propose la création d'un établissement destiné à traiter la rage : l'Institut Pasteur naît en 1888. En 1892, la troisième république lui organise un jubilé triomphal pour son 70e anniversaire. À cette occasion, une médaille gravée par Oscar Roty lui est offerte par souscription nationale.

Il meurt le 28 septembre 1895 à Villeneuve-l'Étang, dans l'annexe (dite de Garches) de l'Institut Pasteur. Après des obsèques nationales, le 5 octobre, son corps, préalablement embaumé, fut déposé dans l’un des caveaux de Notre-Dame, puis transféré le 27 décembre 1896, à la demande de sa famille, dans une crypte de l'Institut Pasteur."

Ma source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Pasteur .
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 11:52

Keramiek a écrit:

Initiales: 'G . P'.

J'ai trouvé trois sites web qui attribuent les initiales du médailliste à Georges Henri Prud'homme (Capbreton, 1873 - Paris, 1947).

Un exemple:
" Louis Pasteur souvenir du centenaire 1822-1922 *Bronze*
Signé : G. Prvd’homme
Diamètre: 27 mm
Poids (Gr.): 10.00"
Ma source: http://www.befr.ebay.be/itm/Louis-Pasteur-souvenir-centenaire-1822-1922-Bronze-/251170609122?pt=Fr_GW_Monnaie_&hash=item3a7aef57e2 .

Ces trois sources sont similaires.
Ces trois sources sont toutefois peu fiables.

Il me semble néanmoins que cette fois-ci mes sources sont crédibles.
Je t'en apporterai la preuve. Mais indirectement.
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 14:13

Je commence par l'avers.

Malgré le fait que la personne portraiturée est la même, il y a pourtant une grande similitude entre la gravure de la médaille ...



... et celle du timbre.



Ma source: http://www.leportaildutimbre.fr/af/laposte/dicotimbre/fiche/fiche.do?productCode=900072 .

C'est bel et bien G. H. Prud'gomme qui a gravé le timbre.
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 14:24

Je termine avec le revers.

Il y a une grande similitude entre le revers de ta médaille, chère Monique, ...



... et celle d'une médaille qui est certainement de G. H. Prud'homme. (J'ai trouvé des sources numismatiques valables.)



La source de mon illustration: http://www.benl.ebay.be/itm/MARECHAL-FOCH-par-G-PRUDHOMME-/130476757409 .
Revenir en haut Aller en bas
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 14:28

Keramiek a écrit:

J'ai trouvé trois sites web qui attribuent les initiales du médailliste à Georges Henri Prud'homme

Même si ces sources ne sont pas dignes de confiance, il me semble pourtant qu'une attribution de la médaille de Monique à Georges Henri Prud'homme est plus que probable.
Revenir en haut Aller en bas
monique
Admin
avatar

Messages : 1179
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 65
Localisation : Hautes-Alpes

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 16:21



Un grand keramiec pour cette recherche approfondie !


Revenir en haut Aller en bas
http://objetsreligieux.forumsactifs.com
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Lun 19 Nov - 18:25

De rien, chère Monique. Tout le plaisir était pour moi.

monique a écrit:

keramiec

J'en ai de la chance!
Au moins, tu as intercallé un 'i' dans la dernière syllabe de mon pseudo.
Revenir en haut Aller en bas
monique
Admin
avatar

Messages : 1179
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 65
Localisation : Hautes-Alpes

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Mar 20 Nov - 8:18

excuses keramiek !
Revenir en haut Aller en bas
http://objetsreligieux.forumsactifs.com
Keramiek

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 65
Localisation : Dans les environs de Gent

MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   Mar 20 Nov - 9:30

De rien, chère Monique.
J'ai acquis l'habitude de ne plus m'étonner des confusions de nom en France.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922   

Revenir en haut Aller en bas
 
Centenaire de la naissance de Louis PASTEUR - 1822-1922
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis Bouilhet. (1822-1869) Les Fossiles. A Gustave Flaubert. III
» Louis Bouilhet. (1822-1869) L’Amour Noir.
» Louis Bouilhet. (1822-1869) Le Sang Des Géants.
» Louis Bouilhet. (1822-1869) L’Abbaye. IV
» Louis Bouilhet. (1822-1869) L’Abbaye. I

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médailles et Objets religieux du Passé :: *** D I V E R S *** :: MEDAILLES COMMEMORATIVES & DIVERSES - à caractère religieux ou non-
Sauter vers: